Le Tronc Cérébral

Page publiée par Matthieu
Détail sur le processus de publication
Dernière mise à jour : 2016-02-01

1. Généralités

Il est situé sous le cerveau dans la fosse postérieure. Il se situe entre, en haut le diencéphale, et les noyaux gris centraux et en bas la moelle épinière.

La partie supérieure de la moelle épinière se situe au niveau du bord supérieur de l'arc antérieur de l'Atlas. Au dessus, il y a le bulbe rachidien. La totalité du tronc cérébral se dispose dans la fosse postérieure.

- Schéma 1 -

Agrandir SchémaTélécharger SchémaImprimer SchémaRechercher dans la base des schémas
Agrandir
Tronc cérébral, vue antérieure

On a en bas le bulbe rachidien, en haut le mésencéphale. Entre les deux, la protubérance annulaire (pont).

La partie centrale est renflée, volumineuse. c'est la protubérance annulaire. Elle mesure de 25 à 27 mm de haut pour 30 mm de longueur. La ligne de démarcation inférieure est bien marquée : elle constitue un sillon qui la sépare de la partie basse du tronc cérébral : le bulbe rachidien.

En haut, la protubérance annulaire se prolonge par le mésencéphale (sa partie antérieure, constituée par en avant les deux pédoncules cérébraux, droit et gauche.) Ces pédoncules limitent un espace interpédonculaire. La partie inférieure de cet espace est l'espace criblé postérieur qui va se prolonger vers le haut, et l'avant par le plancher du troisième ventricule : les deux tubercules mammillaires (droit, gauche) appartiennent à la région thalamique.

En haut, en avant de ces tubercules se dispose la tige pituitaire qui se dirige en bas, en avant et qui rejoint la loge sellaire (hypophysaire). Ces pédoncules vont être à leur partie supérieure cravatés par la partie postérieure du chiasma des nerfs optiques (IIème nerfs crâniens) qui se prolonge vers l'arrière et latéralement par les bandelettes optiques : elles font le tour des pédoncules et présentent à leur partie postérolatérale un renflement, le corps genouillé latéral.

En bas, au niveau du bulbe, la ligne de démarcation avec la moelle épinière n'est pas franche. Un sillon médian antérieur prolonge celui de la moelle et s'efface partiellement à la partie basse du bulbe : croisement des fibres pyramidales, et constitution du faisceau pyramidal croisé (voir cours sur les Voies de la motricité).

Le bulbe fait environ 30 mm de haut. Il est plus étroit que la protubérance annulaire. De chaque coté du sillon médian se dispose un sillon collatéral antérieur qui n'est pas parallèle : il s'écarte à sa partie haute. Sur son bord latéral, il y a la limite des pyramides bulbaires. (entre les sillons collatéral antérieur et antéro-médial). De chaque coté (latéral) du sillon collatéral antérieur se disposent les deux olives bulbaires. De manière postéro latérale, il existe le sillon collatéral postérieur qui prolonge celui le la moelle.

C'est de cette face antérieure que partent les origines apparentes des nerfs crâniens.

- Schéma 2 -

Agrandir SchémaTélécharger SchémaImprimer SchémaRechercher dans la base des schémas
Agrandir
Tronc cérébral, vue latérale

Le tronc cérébral et ses trois constituants sont obliques vers le haut et l'avant. La direction est parallèle à celle du clivus. Les trois constituants sont contrés sur le renflement intermédiaire (la protubérance annulaire). En haut, au dessus, il y a le mésencéphale avec au dessus les pédoncules cérébraux. En arrière de la protubérance, les pédoncules cérébelleux (supérieur, moyen, inférieur).

- Schéma 3 -

Agrandir SchémaTélécharger SchémaImprimer SchémaRechercher dans la base des schémas
Agrandir
Tronc cérébral, vue postérieure

Le quatrième ventricule (cf. plus bas) s'interpose entre, en avant, le tronc cérébral, et en arrière, le cervelet. La vue postérieure est occupée par le plancher du quatrième ventricule qui est un losange à grand axe vertical, dont la moitié supérieure est protubérentielle et la moitié inférieure appartient au bulbe.

La partie latérale prolonge vers le haut les cordons médullaires avec un renflement situé latéralement au plancher du V4 : la clava.

Ce renflement correspond à la partie haute (et bulbaire) du faisceau de Goll (noyau gracile) qui monte de la moelle épinière et va s'y terminer par un relai.

Latéralement, un peu plus haut se trouve un deuxième renflement : le corps restiforme. (il y en a un de chaque coté). Il correspond également à la partie haute (et bulbaire) des faisceaux de Burdach (noyau cunéiforme) qui montent de la moelle épinière et y font relai. Pas de limite nette entre la moelle sur sa face postérieure et le bulbe rachidien.

Plus haut, au dessous du V4, on a la partie postérieure du mésencéphale, constituée par la plaque colliculaire : en haut, latéralement, le corps genouillé latéral se prolonge vers l'avant par la bandelette optique. Il se prolonge en bas par le tubercule quadrijumeau antérieur. La portion rétrécie qui les sépare est le bras conjonctival.

En dessous, en arrière, il y a le tubercule quadrijumeau postérieur qui communique lui aussi par un bras conjonctival avec le corps genouillé médial. Sous ces tubercules se dispose, oblique en bas en dedans, le pédoncule cérébelleux supérieur. Entre les deux tubercules, c'est le sillon cruciforme en regard duquel se dispose un peu en arrière l'épiphyse (glande pinéale). La partie postérieure et haute du mésencéphale est le tectum.

[ HAUT ]

2. Les Nerfs Crâniens

Ce sont des structures nerveuses périphériques (comme les nerfs rachidiens), toutes destinées à l'hémiface. Tous ont leur racine apparente dans le tronc cérébral, excepté le nerf olfactif, que j'ai rajouté pour des raisons pratiques.

Légende : M = Moteur, S = Sensitif, S-M = Sensitivo-Moteur (= nerf mixte - et non pas autre chose).

2.1. Ier nerf crânien : nerf olfactif (S)

Situé sous le lobe frontal, ses fibres traversent la lame criblée de l'ethmoïde. Il ne nait pas du tronc cérébral.

2.2. IIème nerf crânien : nerf optique (M)

Il se dirige vers l'avant et latéralement, gagne le canal optique et le globe oculaire. Le chiasma est une structure impaire, médiane, d'où partent de chaque coté les deux bandelettes optiques. Le nerf optique n'est pas un nerf crânien comme les autres : c'est une évagination du diencépale, il est constitué d'astrocytes (alors que les autres non).

2.3. IIIeme nerf crânien : le nerf moteur oculaire (M)

Il nait de l'espace interpédonculaire antérieur sur le bord médial de chaque pédoncule cérébral. Il nait par l'intermédiaire de quelques radicelles avant de constituer le nerf moteur oculaire.

2.4. IVème nerf crânien : nerf pathétique (trochléaire) (M)

L'origine est à la face postérieure du tronc cérébral, il fait le tour des pédoncules cérébraux pour apparaitre sur la vue antérieure. Le nom pathétique vient du fait que, lorsqu'il est atteint, l'oeil se dirige en bas en dehors, donnant l'impression d'une infinie tristesse.

2.5. Vème nerf crânien : nerf trijumeau (S-M)

Il nait de la partie antérolatérale par deux contingents de fibres, l'un sensitif et l'autre moteur. Le contingent sensitif assure la sensibilité de l'hémiface après s'être divisé en trois nerfs :

Une névralgie faciale provoque des douleurs de l'hémiface (décharges électriques).
Le contingent moteur est beaucoup plus grêle : il se compose du nerf masséterien qui participe à l'innervation motrice des nerfs de la mandibule.

2.6. VIème nerf crânien : nerf abducens (moteur oculaire ext) (M)

Origine apparente au niveau du sillon bulbo protubérantiel juste au dessus de la pyramide bulbaire. Comme les IIIè et IVè, il participe à l'innervation motrice des muscles oculomoteurs : le VIème nerf crânien innerve le muscle droit externe.

2.7. VIIème nerf crânien : nerf cochléo vestibulaire (nerf auditif)

VII, VII bis et VIII forment un paquet nerveux commun, le paquet accoustico vestibulo facial qui se dirige latéralement de chaque coté pour gagner le conduit auditif interne.

2.8. IXè, Xè et XIème nerfs crâniens (S-M | S-M | S-M)

Ils naissent du sillon collatéral postérieur, plus latéralement : ce sont des nerfs mixtes.

2.9. XIIème nerf crânien : nerf grand hypoglosse (M)

C'est le nerf moteur de la langue. Il nait du sillon collatéral antérieure en regard de l'olive bulbaire.

[ HAUT ]

3. Le Quatrième Ventricule

- Schéma 4 -

Agrandir SchémaTélécharger SchémaImprimer SchémaRechercher dans la base des schémas
Agrandir
Le Quatrième ventricule

C'est une cavité ventriculaire qui communique en haut avec le troisième ventricule par l'acqueduc de Sylvius. Elle est limitée en avant par la protubérance et le bulbe et en arrière par la toile choroïdienne qui la sépare du cervelet (qui est disposé en arrière du V4).

Le V4 est losangique, et a une disposition symétrique. La moitié supérieure du losange est protubérentielle, la moitié inférieure est bulbaire. Il existe un sillon médian qui divise en deux son plancher : c'est la tige du calamus scriptorius.

De part et d'autre de cette tige se dispose une éminence qui lui est parallèle et qui présente en son milieu un renflement, l'éminence ronde. La partie située au dessus et au dessous de l'éminence ronde s'appelle l'aile blanche interne.

Latéralement au plancher se trouvent deux zones triangulaires qui vont occuper les angles du plancher du plancher du V4 : les aires vestibulaires (trigones vestibulaires). Elles sont en rapport avec des noyaux dans l'épaisseur.

Entre le trigone vestibulaire et l'aile blanche interne, l'espace prend le nom de fovea superior pour la partie haute et fovea inferior pour la partie basse, deux parties grossièrement triangulaires qui s'opposent par leur sommet.

La toile choroïdienne qui recouvre l'ensemble est percée en bas d'un orifice : le trou de Magendie, et latéralement, en regard des aires : les trous de Lushka (un trou de chaque coté). Ces orifices permettent le passage du liquide céphalo rachidien en dehors du système ventriculaire où il va rejoindre les espaces sous arachnoïdiens.

[ HAUT ]

Commentaires

 

VII = nerf facial VII bis = nerf intermediaire de wrisberg VIII = cochléo trochléaire

ccclllaaaiiirrreee  (le 2010-03-23 14:50:37)PermalienProfil auteur
 

Alors non c'est pas aussi simple.
C'est un raccourci trop facile à mon goût.

Le nerf intermédiaire de Wrisbreg ou nerf VII bis effectivement, c'est la racine sensitive du nerf facial (VII), qui lui est la racine motrice.

Pour le VIII c'est le nerf vestibulo-cochléaire. Certe il est en étroite relation mais on ne peut pas dire VII = VIII

Vincent  (le 2010-03-24 18:14:15)PermalienProfil auteur
 

Oui pardon VIII = vestibulo cochléaire faute de frappe, pour le reste je n'ai jamais écrit VII = VIII...

ccclllaaaiiirrreee  (le 2010-04-01 13:17:48)PermalienProfil auteur
 

"VII = nerf facial VII bis = nerf intermediaire de wrisberg VIII = cochléo trochléaire"

Comme tu as mis des "=" partout pour moi tu voulais dire ça.
Autant pour moi alors.

Vincent  (le 2010-04-01 16:15:40)PermalienProfil auteur
Vous devez être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire.